mardi 13 septembre 2011

Le Pacte des Marchombres, tome 3 : Ellana : La prophétie de Pierre Bottero

J'ai terminé ce livre il y a plus de 15 jours mais depuis tout ce temps, je me demande comment décrire toutes les émotions que j'ai vécues en le lisant. Chroniquer ce livre veut également dire que l'histoire d'Ewilan et d'Ellana est terminée et ça aussi c'est très dur à envisager. Je sais, par expérience, que je pourrai de nouveau relire ces livres et que j'y retrouverai toujours la même émotion mais c'est toujours un petit déchirement pour moi d'arriver au bout de ces 3 trilogies, surtout sachant que l'auteur n'est plus là pour partager avec ses lecteurs.


Détails du livre
  • Broché: 624 pages
  • Editeur : Rageot (22 octobre 2008)
  • ISBN-13: 978-2700234022
Quatrième de couverture

L'ouverture est le chemin qui te conduira à l'harmonie. C'est en s'ouvrant que le marchombre perçoit les forces qui constituent l'univers. C'est en s'ouvrant qu'il les laisse entrer en lui. C'est en s'ouvrant qu'il peut espérer les comprendre. 

Un extrait

Au moment où Sayanel était entré dans la salle, une paix prodigieuse était descendue sur elle.
Elle savait pourtant qu'il serait là, ils en avaient parlé à plusieurs reprises, mais le voir lui donnait le sentiment que le dernier élément d'un puzzle se mettait en place, qu'un cycle s'achevait.
Ce qu'elle avait vécu depuis sa naissance, ce que la voie du marchombre lui avait permis de découvrir, ses certitudes et ses choix, prenaient tout à coup un sens qui étendait ses ramifications au-delà de son être.
Elle eut soudain l'impression que Jilano se tenait près d'elle.
Qu'aux côtés de Jilano se tenait Esîl qui avait guidé ses pas.
Qu'aux côtés d'Esîl se tenait le maître marchombre qui lui avait enseigné la voie.
Qu'une chaîne ininterrompue de marchombres à la fois maîtres et élèves la liait aux origines du monde.
L'impression que, devenue elle-même maillon de cette chaîne, elle contribuait à un dessein qui, en les dépassant, leur permettait de se surpasser.
Sayanel avait marqué une pause pour balayer l'assemblée du regard.
- Toutefois, reprit-il, nul ne peut prétendre à la cérémonie de l'Ahn-Ju s'il n'a pas été auparavant autorisé par le Conseil à suivre la voie des marchombres. Aujourd'hui est un jour particulier, aujourd'hui est le jour de l'Ahn-Ju mais aujourd'hui est aussi le jour de la présentation. Un maître marchombre propose son apprenti. Un apprenti se présente devant le Conseil. Maintenant.
Ellana effleura de la main le dos de Salim qui frissonna.
Le souffle court, il avança.

Mon avis

Ce dernier tome conclue donc la trilogie du pacte des MarchOmbres. Alors que les deux premiers tomes se situaient avant les trilogies d'Ewilan (la quête d'Ewilan et les mondes d'Ewilan), ce tome se déroule après ces deux trilogies. Il vient conclure magistralement ces trois trilogies si subtilement imbriquées.

Le livre est énorme ! Tout d'abord par la taille : le livre est une fois et demi, voire deux fois plus épais que les autres, comme si l'auteur ne voulait pas en finir avec cette histoire. Énorme aussi par le nombre d'émotions qu'il dégage. La première partie du livre, qui sert de transition avec les autres est magnifique. Alors que sa mort est imminente, Ellana revient sur ce qu'elle a vécu après que nous l’ayons laissée elle et les autres avec les fils du vent. On retrouve bien sûr dans ses souvenirs Salim, Ewilan et Edwin. Elle les évoque tels des fantômes l'accompagnant vers la mort et tout ce que je peux vous dire c'est que l'Émotion avec un grand E est au rendez-vous.

Dans les autres parties du livre, on retrouve avec plaisir le monde des Petits et on découvre ou redécouvre tous nos amis qui sont tout d'abord les amis d'Ellana. Ils grondent, ils pleurent, ils réclament vengeance, mais est-elle à leur portée ? Où est le fils d'Ellana, aboutissement de la prophétie qui oppose les MarchOmbres et les Mercenaires du Chaos ? Dans quel sens la prophétie va-t-elle se tourner ? Le lecteur ne peut que y retrouver son compte. Il vit, il pleure, il rit, tout cela en même temps. Personnellement, c'est comme si mon cœur avait failli exploser sous cet afflux intense d'émotions.

Le style de l'auteur qui a toujours été superbe, s'élève encore pour ce dernier tome. Il semble être une envolée de mots qui emporte le lecteur loin, très loin vers cet autre monde qu'est Gwendalavir. Le style qui était déjà plus mâture dans les deux premiers tomes de cette trilogie est devenu mûr à point pour ce dernier tome. Un peu comme Ellana qui passe de la fillette, à l'adolescente, puis à l'adulte pour enfin arriver au stade de la maternité. C'est à mon sens le plus beau livre de Pierre Bottero.

Comme dans chaque chronique de ces 3 trilogies, je souhaite vous présenter un de nos héros, que j’avais spécialement garder pour la fin : Edwin Til' Illan. Il est né dans les Marches du Nord, dans la Citadelle des Frontaliers, au pied de la grande chaîne du Poll. Il est le fils du Seigneur de la Citadelle. Edwin a été formé très tôt aux armes jusqu'à exceller dans toutes. Il est très réputé en Gwendalavir, il occupe en effet plusieurs rôles de grande importance au sein de l'Empire : il est général en chef des armées alaviriennes, mais aussi commandant de la Légion Noire, mais encore maître d'arme de l'empereur et grand ami de celui-ci, enfin (mais peut-il y avoir un enfin ?) vainqueur des dix tournois.

Pour conclure, vous ne pouvez pas passer à côté de ce livre, à côté de cette trilogie, ni même à côté d’aucune autre, vous ne pouvez pas passer à côté de cet auteur merveilleux qu'est Pierre Bottero !

Ce livre compte pour un point dans mon Big Challenge Livraddict, ce qui m'amène à 16/40


2 commentaires:

  1. C'est ma prochaine trilogie en attente et j'ai hâte de la démarrer !

    RépondreSupprimer